Empirisme et rationalisme

Je choisis de publier ce 1er article de la catégorie « parlons science » car je considère que c’est la 1ère brique à poser pour pouvoir changer de « logiciel » vis à vis des notions de santé et de maladie, notions que je développerai plus en détail dans cet article (en cours de rédaction ce jour)
Je commencerai par me décrire comme un rationaliste pure souche devenu, depuis ma rencontre avec l’homéopathie, un empirique d’adoption.
J’ai en effet besoin de règles, de méthodes, de protocoles que ce soit dans ma pratique vétérinaire ou ma vie de tous les jours.
Vous comprenez donc que, pour moi, empirisme et rationalisme ne s’opposent pas mais se complètent. C’est ainsi que j’exerce au quotidien.
Je vais peut être trop vite, commençons déjà par définir ces deux courants scientifiques.

NB: ce qui suit est très fortement inspiré du tome III chapitres généraux écrit par le docteur vétérinaire Marc Brunson lui même inspiré par les travaux de Harris Coulter et Philippe Marchat.
J’espère, Marc, que tu pourras lire ces lignes et voir que les graines que tu as semées en moi il y a bientôt 6 ans portent leurs fruits.

  • l’empirisme: il s’appuie sur l’expérience avec pour principe l’induction : partir des faits pour établir une théorie.
  • Modèle: Kant
  • Signification des symptômes:
    phénomènes positifs reflets de la fragilité et de l’effort curatif de l’organisme.
  • Thérapeute versus symptômes:
    il va « aller avec », s’en servir dans le principe de similitude.
  • Objet du thérapeute:
    le corps vécu: TOUS les symptômes, ceux de la maladie et ceux propres au patient sont pris en compte, passés comme présents.
  • Thérapeute et patient sont partenaires dans la recherche du diagnostic et du traitement.
    Un patient = un traitement unique à identifier à chaque fois.
  • L’approche (donc) le traitement se veut holistique.
  • Courant a priori plus humain, moins analytique, plus « à l’écoute », a priori j’insiste.
  • Quelques grands noms:
    Hippocrate (et oui, il est né bien avant Descartes), Celse, Paracelse, Van Helmont, Hahnemann, les grands polymathes arabes.
  • Les dangers de ce courant:
    l’ésotérisme, les dérives sectaires, le manque de rigueur.
  • le rationalisme: il s’appuie sur le raisonnement avec pour principe la déduction: partir de la théorie pour aller vers des faits.
  • Modèle: Descartes
  • Signification des symptômes:
    phénomènes négatifs synonymes de dysfonctionnement(s) de l’organisme.
  • Thérapeute versus symptômes:
    il va « aller contre », les contrer, les faire disparaître.
  • Objet du thérapeute:
    le corps objectivé: SEULS les symptômes théorisés et analysés et du jour J sont pris en compte.
  • Le thérapeute n’a besoin que de ses constantes, résultats d’analyses du patient pour trouver le traitement lui même dicté par des tableaux décisionnels.
  • L’approche (donc) le traitement se veut parcellaire.
  • Courant a priori plus technique, plus théorique, moins « à l’écoute », a priori j’insiste.
  • Quelques grands noms:
    Galien, Virchow, Claude Bernard, Descartes, grandes équipes pluridisciplinaires hospitalières.
  • Les dangers de ce courant:
    pratiquer une médecine de plus en plus déshumanisée, pas assez à l’écoute.

Ce tableau semble par sa forme opposer les deux courants.
De fait, comme dirait un certain Emmanuel M., c’est « la guerre ». Guerre entre ceux qu’on appelle « allopathes » et « homéopathes » et ce depuis 250 ans.
Qui en pâtit? Les patients bien sur mais j’estime dans un sens plus large que la Science aussi en souffre.
Les guerres d’égo font stagner les avancées possibles au niveau des hautes instances.
Heureusement, des notes d’espoir existent, des collaborations heureuses entre les 2 « camps » ou des initiatives allant dans ce sens:
– le documentaire « Homéopathie une autre voie » de William Suerinck et promu par l’ADPS (Association Dialogue Pour la Santé) dans lequel on peut voir , entre autres, allopathes et homéopathes travailler de concert en service d’oncologie dans l’est de la France.
– la médecine intégrative dont le but est de proposer un protocole individualisé à chaque patient.
L’institut Rafaël en est un parfait exemple et accueille en son sein de multiples thérapies afin d’adapter au mieux ses patients en fonction de leurs besoins et envies: yoga, sophrologie, naturopathie, homéopathie, reiki, médecine conventionnelle…
L’égo des uns et des autre est mis au servie du patient, en bonne intelligence.
J’ai eu la chance d’en rencontrer le fondateur au festival Agir pour le Vivant à Arles en 2020 lors de mon intervention.
le cheval « Peyo » qui intervient au service de soins palliatifs de Calais. L’équipe n’y comprend rien rationnellement parlant mais empiriquement elle constate les bienfaits pour ses patients: pourquoi s’en priver?

Pour ma part donc, comme précisé en début d’article, je fais partie des deux « camps ».
Rationaliste, je me sers toujours de ce que la médecine moderne me met entre les mains pour établir mon diagnostique (radio, échographie, analyses….).
Je réalise toujours un examen général comme appris consciencieusement lors des mes études dans les mêmes écoles que mes consœurs et confrères.
J’y adjoins de l’empirisme lors de mes consultations en homéopathie. J’écoute alors attentivement les propriétaires de mes patients, je note leurs mots le plus fidèlment possible, je leur fais préciser certains symptômes si nécessaire. J’observe attentivement le comportement de mon patient.
Je compile enfin le tout suivant la méthode rigoureuse apprise lors de ma formation au Centre Liégeois d’Homéopathie.

Je milite fortement pour une entente cordiale entre médecins/vétérinaires conventionnels et non conventionnels afin encore et toujours de remettre au centre l’essentiel: le bien être de nos patients.

Je souhaite terminer cet article en donnant une petite classification de certaines médecines dites « non conventionnelles », toutes ne sont pas empiriques.

  • Empiriques:
    l’acupuncture
    l’homéopathie
    l’ostéopathie (énergétique)
    l’anthroposophie
    la sophrologie
  • Rationalistes:
    l’organothérapie
    la phytothérapie
    l’ostéopathie (mécanique)
    la gemmothérapie
    la mésothérapie
    les fleurs de Bach

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :